Vous êtes ici : Accueil / Quelques mots d'histoire / Neufchâtel-Hardelot au fil du temps / Histoire de Neufchâtel

Histoire de Neufchâtel

Neufchâtel et ses origines

Neufchâtel est situé au sud de la forêt domaniale d’Hardelot dans la région côtière du Bas-Boulonnais, comté de l’ancienne province de Picardie dont il faisait partie avant 1790. Ce village s’étend dans une cuvette de terrain secondaire et s’appuie au Sud sur les derniers contreforts des collines d’Artois.

Il est difficile d'établir exactement les origines de Neufchâtel

On ne sait pas en effet, d’une façon certaine, ce qu’était le « Novum Castellum » (le nouveau château fort) qui lui aurait donné son nom. D’après le roman d’ Eustache le Moine, il y avait jadis, dans les dunes actuelles du Mont St Frieux, un château qui fut la résidence du Comte Renaud de Dommartin. C’était, dit-on, le château fort de Belle-Fontaine aujourd’hui englouti par les sables. Etait ce là le « Novum Castellum » qui aurait donné son nom au village ?

Certains historiens le prétendent.

En effet, Luto, historien boulonnais, relate que Belle Fontaine était un château, peu éloigné de celui d’Hardelot, restauré en 1231 par Philippe de Hurepel, Comte de Boulogne, fils de Philippe II Auguste et d’Agnès de Méranie, situé au bas de la montagne des garennes de Neufchâtel dites « Le Mont Saint Frieux » (153 m d’altitude).

Sur le sommet de ce mont vivait, vers la fin du VIIème siècle, un célèbre Férioc ou Saint Frieux.

Ce village se composait de deux cents foyers et possédait une église dédiée à St Martin. Ce château, dénommé aussi Manoir de Belle Fontaine était autrefois un rendez-vous de chasse des Comtes de Boulogne.

Aujourd'hui, quelle habitation, quelle ruine, peut indiquer où était ce village de 200 foyers ?

Il est, entre le ruisseau de Bronnes et Dannes, un lieu vulgairement appelé « Les arliques » (les reliques). Là, sous le sol sablonneux, on trouve des tombeaux, et dans ces tombeaux des objets précieux. C’est là le champ de Belle Fontaine. Il y avait aux environs un autre château qu’on nommait Haut-les-Lockes, qui est aussi abîmé par les sables et tout proche, tirant sur Neufchâtel, un autre village nommé Dammartin.

La disparition de ce Château de Belle Fontaine pourrait expliquer l’origine du nom « Neuf-châtel » ou nouveau château...

Au 13ème siècle

On cite deux seigneurs de Neufchâtel : l’un portant le nom de Jakemmes de Noëfcastel au service du Comte d’Artois et l’autre Jehans de Noëfcastel soldat en 1297.

Au 17ème siècle

En 1680, le roi de France Louis XIV, au cours d’un de ses voyages dans le Boulonnais, aurait séjourné et pris un repas au Relais de Poste aux Chevaux de Neufchâtel, situé au Hameau du chemin. Le Relais existe toujours aujourd’hui, et se situe sur la « Via Solemnis » des romains, route de l’étain, par laquelle ils transportaient le minerai en provenance du Pays de Galles en Angleterre pour fabriquer le bronze de leurs statues.

Le territoire de Neufchâtel était jadis partagé en plusieurs fiefs :

  • celui de la Rivière,
  • celui de Cuhem,
  • et celui du Pire.

Le fief de la Rivière se trouve au Nord de Neufchâtel. Le seigneur de la Rivière était au 16ème siècle, en 1505, Martin de Thubeauville.

Le fief de Cuhem se trouvait au Nord de Neufchâtel et en partie sur Nesles, village voisin.Le seigneur était au 17ème siècle, vers 1650, François de Patras de Campaigno, sénéchal du Boulonnais dont la famille détenait ce titre depuis 1597 (le caveau funéraire de la famille se trouve d’ailleurs dans la chapelle Saint-François de l’Eglise de Neufchâtel).

Le fief du Pire était à la fin du 17ème siècle Gabriel de la Folie (1629 – 1704), époux de Jacqueline de Thubeauville.

Au cours de la guerre 1940 – 1945,

Le village de Neufchâtel et ses environs, dont le Mont Saint Frieux, furent l’objet d’importants travaux de défense côtière. Aussi le mont St frieux fut-il transformé en forteresse : ses pentes se couvrirent de réseaux de barbelés de champs de mines et de 26 blockhaus.

Depuis 1986,

Au sommet du Mont St Frieux, sur un terrain appartenant à présent au Conservatoire du Littoral, un puissant radar domine les dunes qui surveillent la mer, jusqu’au méridien de Greenwich.

Sur ce mont, rien ne subsiste du passé, sauf le souvenir d’un pieux ermite, qui n’a laissé aux hommes du 20ème siècle qu’un saint nom et une intéressante légende.

Vous en savez plus ?